Née à l’aube des années 1970, Maylis Queyrat, artiste contemporaine, se consacre aujourd’hui aux arts décoratifs du XXIe siècle. Sa rencontre avec Charles Tassin, architecte d’intérieur, pose les jalons d’un projet éditorial qui renie le minimalisme actuel en faveur d’un style néo-bourgeois et redécouvre – sans toutefois l’imiter – l’opulence, l’insouciance et la légèreté des seventies : ils se découvrent un goût commun pour l’alliance du chic et de l’exubérance, pour un luxe raffiné, une élégance réinventée, bref, pour un glamour décomplexé.

La Galerie May édite un mobilier d’exception, conçu dans la pure tradition des artisans d’art, réhabilitant ces métiers oubliés que sont la marqueterie, les laques et la céramique selon une approche résolument contemporaine. Chaque décor est toutefois le reflet d’une singularité, ce qui oriente la Galerie May vers des projets d’architecture intérieure sur mesure, dans lesquels les jeunes artistes émergents sont également mis à contribution.